Débat : garder ou supprimer ses « moins bonnes photos » ?

Cette semaine, j’ai décidé de faire le tri dans mon catalogue Lightroom.
Au cours de mon voyage aux antipodes, je me suis retrouvé avec plus d’une demi-douzaine de milliers de photos, que j’ai stocké sur mon ordinateur portable et un disque dur externe.
Quelques mois et centaines de gigaoctets plus tard, il me faut les transférer sur mon Disque Dur Externe (DDE) principal à la maison. Sauf que je sais que le transfert d’un disque à un autre est long, il m’avait fallu 2h pour transférer 150Gb lors d’une copie de sécurité (voir l’article : Comment sauvegarder ses photos en lieu sûr lors d’un (long) voyage).
Alors cette fois je décide de faire de la place avant le transfért. Lightroom a un système de notation pratique : drapeau blanc, on garde, drapeau noir, on rejette (c’est-à-dire que la photo apparait grisée mais reste dans le dossier). Bien que j’utilise cette méthode depuis longtemps, j’ai rarement supprimé les photos rejetées.

Drapeau blanc : on garde, drapeau noir : on rejette

Par soucis de vérification, je jette un oeil rapide à mes mauvaises photos.
Mais en passant une dernière fois en revue, pleins de souvenirs m’assaillent. Je repense à ce que j’ai ressenti sur place, aux conditions de prise de vue, les gens que j’ai pu croiser, le chemin arpenté pour changer de point de vue ou pourquoi j’ai 12 photos quasiment identique. Ces images ne sont peut-être pas les plus esthétiques mais elles font parties du voyage et me remémorent d’agréables moments. Alors dois-je vraiment les supprimer quitte à effacer une partie de ma mémoire avec ? Et bien sûr j’ai aussi le doute qu’une bonne image passe à la trappe. Je sais que j’ai sélectionné les images qui me plaisaient le plus lors du dernier tri, mais si, mais si j’en avais loupé une, avec le détail qui fait la différence, m’avait échappé ?
Tant pis, j’ai décidé de faire de la place, m’organiser et alléger les Disques Durs. La souris clique sur « supprimer le ficher et l’enlever de Lightroom », quelques secondes après la place est faite.

Voulez-vous vraiment vous amputer de ces souvenirs ?

Ca fait un grand vide, je suis passé de 14’279 photos à moins de 7000, soit plus de la moitié se retrouve dans le vide intersidéral entre deux bits.
Maintenant je peux faire mon transfert de catalogue sur mon périphérique de stockage principal et une double copie sur un autre disque dur externe.
Quelques heures après, les répertoires sont plus clair et d’un coup d’oeil je n’ai que de belles photos. En un instant je retrouve le paysage que je me rappèle sans avoir à farfouiner dans des centaines d’images moches, les plus belles étant déjà sous la souris. Un profane se dirait quel grand photographe je suis, pas une seule photo de floue !

Le tri est fait

Mais était-ce bien nécessaire ? La mémoire ne coûte pas cher en comparaison de l’effort que j’ai mis pour obtenir tous ces clichés, et est-ce que je n’ai pas passé plus de temps à faire le tri alors que le transfert s’est majoritairement passé de nuit, sans empiéter sur d’autres tâches ? N’est-ce pas prendre le risque de ne plus retrouver LA photo ou de s’amputer de souvenirs ?

 Je ne suis toujours pas sur d’avoir pris la bonne décision mais je sentais que j’avais besoin de faire un tri, me dire qu’il est temps de passer à autre chose et que j’ai toujours les images les plus importantes, celles que j’ai commencé à imprimer pour les accrocher au mur.

Finalement, rien ne vaut une véritable impression

Mais alors vous, êtes-vous du genre à ne rien effacer ou un ascète se libérant du superflu ?

Publicités

Une réflexion sur “Débat : garder ou supprimer ses « moins bonnes photos » ?

  1. Adepte quelquefois du bracketing, lors de mes escapades urbaines, j’ai tendance ensuite à virer pas mal de choses. Mais je prends le temps, opérant au détail. J’aurais beaucoup de mal à effacer 233 photos d’un coup ou davantage comme tu l’as fait si l’on en croit l’illustration de ton article. Du reste, je ne raisonne pas à l’économie de mémoire. Ce qui me gonfle, c’est de devoir relancer systématiquement la réflexion sur la pertinence de telle ou telle mouture d’une même scène. Ceci dit, ton article soulève un point important : la conservation de la mémoire personnelle, mémoire d’un instant fugitif, décliné cependant en multiples instantanés. Pour ma part, je conserve pas mal de clichés qui n’ont absolument aucun intérêt esthétique, mais qui alimentent la mémoire de l’instant vécu.

Ton avis m'intéresse :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s