Quelques scènes de vies indonésiennes

Troisième tour en Indonésie, avec cette fois simplement des scènes de vie croquées au détour d’une rue, le long d’une promenade dans une rizière ou en bord de plage.
Côté technique pour les intéressés : tout au 50mm f/1.8 à f/4, la focale idéale pour ce genre de clichés en voyage.

N’hésitez pas à me faire part de vos remarques ou de votre photo favorite 🙂

Une vendeuse de sarong aux abords du temps de Gunung Kawi Lire la suite

Dans les champs de thé de la campagne javanaise

Allons visiter les champs de thé !

La semaine passée je vous avais fait visiter l’atelier de l’orfèvre Tom à Yogyakarta. Ce soir je vous emmène dans les champs de thé dans la campagne proche de Bandung. Le thé, avec le riz, l’hévéa dont on tire le caoutchouc ou le tabac, fait partie des revenus agricoles destinés à la consommation locale et à l’exportation de l’Indonésie.

On était parti visiter l’île de Java et on s’est retrouvé à Sari Wangu, un centre thermal à l’eau sulfureuse tempérée grâce à l’activité volcanique de la région. Notre cottage avait donc sa piscine et le centre offrait différentes activité comme tir à l’arc, fish therapy, quad ou en l’occurrence, la découverte de la production de thé.

En premier lieu, nous avons grimpé à bord d’un véhicule tout terrain mais terriblement inconfortable qui nous a fait gravir des collines recouvertes d’arbustes. On pourrait croire de loin à de la vigne, mais ce sont bien les théiers. Lire la suite

ITW // Les Montréalais Benjamin Von Wong et Erwan Cloarec

Desert Queen

J’ai le grand plaisir d’accueillir en interview les Canadiens Benjamin Von Wong et Erwan Cloarec. Ayant eu la chance de les rencontrer en mai dernier à Paris, je voulais à tout prix les passer à la moulinette des questions. Même s’ils n’ont eu le temps de donner suite à ma requête qu’à leur retour à Montréal, ils ont réussi à prendre quelques minutes dans leur agenda surchargé entre mariage, montage, post-traitement et autres occupations. Merci à eux deux, parce que ce sont quand même des types géniaux !

Salut Erwan, qui es-tu ?

Salut, je m’appel Erwan Cloarec, je suis Franco-canadien. 24 ans. Je suis en train de finir un Bachelor en Sciences politiques et Histoire à l’Université de Mcgill à Montréal.

Ta passion pour la vidéo, comment es-tu tombé dedans?

J’adore le cinema et les arts visuels. Ce qui m’attire, c’est la possibilité de raconter des histoires et rassembler des émotions. J’ai vraiment commencé à faire des vrais projets video quand j’étais au lycée. Avec un ami on a fait un court-metrage : ‘‘Le jour de la Masse » dont la production a duré presque un an (écriture, réalisation et montage).
C’était très amateur, mais chaque plan était réfléchis dans un contexte pseudo- philosophique :D. Après ce film j’ai réalisé qu’il fallait que je continue à raconter des histoires à travers le médium de la camera.

Aujourd’hui je me considère toujours amateur, mais j’essaye de rendre un travail plus propre et professionnel.

Est-ce que c’est un hobby plus accessible ou plus ardu que la photo ?

Accessible, oui absolument. Si on parle d’un point de vue matériel, on a pas besoin de débourser des fortunes. Grace à la révolution HDSLR, on peut maintenant faire de la video très pro avec un entrance level camera si on sait comment exploiter son potentiel.

La question touche plutôt l’approche créative. Et à ce niveau la photo et la video ne sont pas comparable :
Je vois ça comme ça: la photo et la video sont deux manières distinctes de raconter une histoire. Un peu comme l’eau est capable d’être vapeur et glace, la photo c’est un peu comme la glace, et la video c’est la vapeur. Ils ont tout les deux les mêmes propriétés pourtant sont indéniablement unique dans leur mouvement dans l’espace.

J’aime faire des films car je suis constamment mis au défi créativement. Que ce soit avant le film, pendant que je filme ou après lors du montage. Je suis constamment en train de me poser la question, ou est l’histoire, ou est l’histoire, ou est l’histoire? 

C’est fantastique car il y a une myriade de manière de raconter une histoire et en même temps c’est difficile car on ne sait jamais si on a réuni tous les éléments nécessaires.

La video c’est 100% préparation et en meme temps 100% improvisation.

This world of mine

A toi Ben, dis-moi quand et pourquoi tu es venu à la photographie ?

Je suis tombé dans la photo un peu par hasard… Je travaillais dans les mines de Nevada comme ingénieur et durant ce temps j’ai eu un beau p’tit breakup avec une jolie demoiselle… Je me suis dit que si je ne me trouvais pas un bon passe-temps, j’allais virer fou. En me demandant ce que j’allais faire j’ai eu l’idée de prendre des photos des étoiles et je me suis pointé au Wal-mart du coin pour m’acheter un Point & Shoot … that was in November 2007. Lire la suite

Tom’s Silver à Yogyakarta

C’est peut-être un coup de tête, mais j’ai décidé d’arrêter les Quoi d’neuf en photo cette semaine… Je trouve que cette rubrique me pompe trop de temps à rédiger et du coup m’en laisse moins pour mes propres travaux. Effectivement, je n’ai pas fini de traiter mes images de mon voyage qui date de bientôt une année en arrière (déjà).

Dès lors, je vous propose un truc : je me tiens toujours au courant de ce qui se passe en photo et dorénavant je vais le publier systématiquement sur twitter. C’est simple, suivez mon fil @regismatthey dès ce soir pour des actus intéressantes.

Pour revenir à mes propres images, j’ai un défaut qui ne m’aide pas : je ne suis jamais, c’est à dire dans 95% des cas, satisfait de mon traitement et du coup je n’arrive pas m’arrêter à une version finale.
Néanmoins il faut bien mettre un point final un jour, et aujourd’hui je vous propose de visiter l’atelier de Tom.

Tom’s Silver à Yogyakarta

Lire la suite

Des mises en scène lugubres pour Strobi…

Salut mon joli, tu t’es égaré ?

Voila déjà 3 mois que le collectif Strobi vous livre son regard -multiple, une douzaine de photographes quand même- sur les thèmes que vous choisissez.

Je voulais revenir sur deux des derniers thèmes, 1 seul flash et Destroy, que j’ai abordé avec un regard sombre. Effectivement, avec pour contrainte de n’utiliser qu’un seul flash, j’ai eu deux idées : dupliquer mon sujet en pose longue comme mon célèbre Beach Fighters, ou alors découper mon sujet avec un éclairage à contre-jour. Pour finir, j’ai choisi un peu des deux solutions. Lire la suite