ITW // Le collectif je shoote RAW

Allez une spéciale sur le blog, on accueille pas un photographe ce soir, mais 13 d’un coup ! Ils font partie du collectif « Je shoote RAW » qui réuni une foule hétéroclite de talents, chacun avec son style et son humour. C’est parti je leurs cède le micRAW :

Allfortof

Age : 36ans…déjà !

Pratique la photographie depuis : 3 ans

Amateur ou Pro : Amateur

Spécialité : Paysage, Archi, Paris est mon terrain de jeu préféré

« Tu la veux celle la ? » faite lors des 7 semaines de mauvais temps sur Paris… Je cherchais un truc original pour ma photo de profil, j’ai un côté moqueur, et un côté gueulard…on va mettre ça sur la même photo tiens !

Si j’ai bien compris, tu est le fondateur de Je Shoot RAW. Veux-tu nous bien expliquer la genèse du collectif ?

J’ai pris l’initiative de créer ce groupe car j’en avais marre tous les jours de chercher les nouveaux post de mes coupains. Je me suis dit :

– Tu as plusieurs détraqués dans ton entourage, fous de photos, avec un style bien à eux, perchés comme moi, mais avec une patte perso, leur goût bien défini, reconnaissables ! Pourquoi pas leurs proposer un mélange des genres et poster nos exclus au même endroit, préparer des shooting ensemble, s’entraider pour la technique, la retouche, et bien déconner tout simplement ?

Nous étions 9 le 1er jour et avons estimé que certains manquaient à l’appel, et avons clôture notre dossier à 13 ! Chiffre culte pour beaucoup, qui ne représente rien de précis pour nous si ce n’est que nous resterons quoi qu’il arrive liés comme les 13 fous de raws que nous sommes. Pas de nombrilisme, pas de chef, pas de prise de tête. Beaucoup de franchise dans nos critiques, ce qui nous permet à tous de progresser et de nous remettre souvent en question. Des sorties à 5h du mat pour croiser un lapin sur les quais de Seine, ça n’a pas de prix ! Lire la suite

Rgs_ participant du nouveau collectif Stobi.fr

Tiens, j’ai oublié de vous en parler la semaine dernière. Niko Vallet et Doumai Vision, deux talentueux photographes français, ont monté un collectif Strobist. Pour l’histoire, le mouvement Strobist a pris de l’ampleur sous l’influence du photojournaliste David Hobby qui avait pris l’habitude de couvrir ses reportages avec des flashs cobras déportés de l’appareil photo. L’avantage étant de modeler la lumière à sa guise avec du matériel léger comparé à l’éclairage studio.
Si vous voulez apprendre cette technique, suivez son excellent guide Lighting 101.

Mais revenons à notre collectif francophone, nommé Strobi.fr. Le principe ? Associer 15 photographes amateurs ou professionnels autours de flashs déportés afin de couvrir deux thèmes, ou défis mensuels dont vous êtes les votants.
Je ne sais toujours pas pourquoi ni comment ils m’ont choisi, et encore moins pourquoi j’ai accepté mais maintenant il va falloir faire chauffer les flashs.

Le premier thème « Best of 2011 » (Beach Fighters, je sais, c’est du réchauffé) permet de découvrir les acteurs du projet, tandis que le thème « Les flashs c’est… » sortira le 15 février.

Prenez part à l’aventure :