Dans les champs de thé de la campagne javanaise

Allons visiter les champs de thé !

La semaine passée je vous avais fait visiter l’atelier de l’orfèvre Tom à Yogyakarta. Ce soir je vous emmène dans les champs de thé dans la campagne proche de Bandung. Le thé, avec le riz, l’hévéa dont on tire le caoutchouc ou le tabac, fait partie des revenus agricoles destinés à la consommation locale et à l’exportation de l’Indonésie.

On était parti visiter l’île de Java et on s’est retrouvé à Sari Wangu, un centre thermal à l’eau sulfureuse tempérée grâce à l’activité volcanique de la région. Notre cottage avait donc sa piscine et le centre offrait différentes activité comme tir à l’arc, fish therapy, quad ou en l’occurrence, la découverte de la production de thé.

En premier lieu, nous avons grimpé à bord d’un véhicule tout terrain mais terriblement inconfortable qui nous a fait gravir des collines recouvertes d’arbustes. On pourrait croire de loin à de la vigne, mais ce sont bien les théiers. Lire la suite

Tom’s Silver à Yogyakarta

C’est peut-être un coup de tête, mais j’ai décidé d’arrêter les Quoi d’neuf en photo cette semaine… Je trouve que cette rubrique me pompe trop de temps à rédiger et du coup m’en laisse moins pour mes propres travaux. Effectivement, je n’ai pas fini de traiter mes images de mon voyage qui date de bientôt une année en arrière (déjà).

Dès lors, je vous propose un truc : je me tiens toujours au courant de ce qui se passe en photo et dorénavant je vais le publier systématiquement sur twitter. C’est simple, suivez mon fil @regismatthey dès ce soir pour des actus intéressantes.

Pour revenir à mes propres images, j’ai un défaut qui ne m’aide pas : je ne suis jamais, c’est à dire dans 95% des cas, satisfait de mon traitement et du coup je n’arrive pas m’arrêter à une version finale.
Néanmoins il faut bien mettre un point final un jour, et aujourd’hui je vous propose de visiter l’atelier de Tom.

Tom’s Silver à Yogyakarta

Lire la suite

ITW // Laurent Gilliéron : Chef photographe adjoint chez Keystone

Switzerland’s Didier Cuche celebrates as he is the winner of the overall downhill world cup at the FIS Alpine Ski World Cup finals, in Parpan – Lenzerheide, Switzerland, Wednesday, March 16, 2011. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Laurent Gilliéron a un parcours plutôt atypique pour un photographe, c’est-à-dire qu’il a étudié et diplômé en photographie avant d’en faire son métier.
Passant sa vie à couvrir les événements qui font l’actualité de la presse suisse, je l’avais accompagné une fois sur le terrain le temps de deux week end. Aujourd’hui il nous plonge dans son quotidien :

Salut Laurent, alors que veux-tu bien nous dire de toi ?

Je suis agé de 36 ans, marié, 2 enfants, je suis actuellement chef photographe adjoint pour l’agence Keystone pour laquelle je travail depuis plus de douze ans, je suis photographe professionnel depuis plus de quinze ans. J’ai notamment couvert des événements tels que : le Forum de Davos, l’Euro 2004 et 2008, les Jeux Olympique d’hiver à Turin en 2006 et à Vancouver en 2010, plusieurs étapes des différentes expéditions de Mike Horn, la Coupe de l’America en Nouvelle-Zélande, certains déplacements du Président de la Confédération (rencontre entre Samuel Schmid et Ariel Sharon en Israel, Pascal Couchepin et Hosni Mubarak en Egypte, Bill Clinton à Genève), divers matchs de foot de l’équipe Suisse à l’étranger en Russie, à Chypre, à Dubaï. Cependant, mon quotidien se déroule le plus souvent en Suisse tant au bord d’une patinoire pour un match de hockey, un terrain de football ou de basket, qu’aux Nations Unies à Genève, ou encore devant les scènes des festivals de Montreux et Nyon.

Israeli Prime Minister Ariel Sharon, left, speaks with Swiss President Samuel Schmid, right in the Jerusalem offices of the Israeli leader, in Jerusalem, Israel, Wednesday, March 16, 2005. Schmid arrived in Israel on Tuesday for a two-day official visit. (KEYSTONE/POOL/Laurent Gillieron)

Quand et comment es-tu venu à la photographie ?

J’ai attrapé le virus de la photographie en accompagnant mon père au bord des terrains de football dès l’âge de dix ans, mon père était un passionné de photographie qui en a fait ensuite son métier. Ensuite, j’ai débuté mon parcours professionnel par un apprentissage d’employé spécialisé en photographie chez Atelier Image SA qui consistait en trois domaines de la photographie (portrait en studio, laboratoire argentique et vente), puis j’ai effectué un second apprentissage de photographe chez Yves Ryncki, à Lausanne. Ce dernier m’a permis de me familiariser avec les prises de vue en studio et les cameras grand format. Je suis ensuite devenu assistant à l’école photographie de Vevey durant une année. Et c’est seulement après cette expérience  que je me suis initié au reportage et à la photo de presse, en étant employé par l’agence de presse ASL, à Lausanne, durant deux ans. Depuis 1999 je travaille pour Keystone, d’abord pendant six ans, au bureau de Genève et depuis six ans au bureau de Lausanne. Actuellement, j’occupe la fonction de chef photographe adjoint  ce qui me permet de gérer avec le chef photographe les 20 photographes employés chez Keystone.

One hundred people, approximably 50 women affected by breast cancer and 50 accompagnants, coming from 19 countries, climb on the top of the Breithorn mountain, 4164 m above sea level, in solidarity with women affected by breast cancer, in Zermatt, Switzerland, Saturday, September 17, 2011. Accompanied by more than twenty professional mountaineers, this group of people climb the eastern access to the summit of the Breithorn, 4164 m above sea level in solidarity with women affected by breast cancer. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Keystone est la plus grande agence de presse en Suisse, une soixantaine de collaborateurs y travaillent permettant la transmission des photos de ses vingt photographes. Ces images sont prises dans toute la Suisse et à l’étranger (pour les sujets ayant un lien suisse), elles sont transmises à environ septante journaux nationaux. Keystone possède de nombreux accords avec des agences de presses mondiales telles qu’AP et EPA, ce qui explique qu’une  image prise par un photographe de Keystone puisse paraître dans des journaux du monde entier. Lire la suite