Développement d’une photo de paysage sous Lightroom

Il y a deux semaines, je vous avais fait part de ma lecture du moment :  L’intention du Photographe – Comment donner un sens à vos images en postproductionUn ouvrage qui fait la part belle au développement numérique afin de transmettre sa vision et sa sensibilité au travers de ses images.

Aujourd’hui, j’ai envie de vous montrer un exemple personnel sous forme de développement d’une de mes photos de voyage. Cet auto-portrait a été pris dans les Grampians, un magnifique parc national à 250km de Melbourne. Cette réserve attire moins de touristes d’Outre-mer que la Grande Barrière de Corail ou Uluru mais j’ai été subjugué par ses montagnes en forme de vagues recouvertes d’eucalyptus.

Après une ascension d’une heure, je me suis retrouvé au sommet du Mt Sturgeon qui fourni une superbe vue sur le Mt Abrupt et l’ensemble du parc. J’ai déplié alors mon trépied pour prendre cet auto-portrait puis j’ai assis mon courage sur cet aplomb rocheux donnant sur 12m de vide.

Voici le résultat original, exposé pour garder de la matière dans le ciel mais qui a complètement sous-exposé la partie inférieure.

La photo originale : c'est terne et moche, rien de ce que j'ai ressenti cette fameuse journée !

Heureusement, la magie du RAW et du logiciel de développement Lightroom va permettre de corriger tout ça et donner vie à la scène telle que je l’ai vécue.
En premier lieu, je l’avais processée à chaud pour la diffuser sur mon blog, un peu rapidement ma fois : la scène reste sombre, noirs bouchés et ambiance un peu oppressante. Aujourd’hui j’ai envie de donner un peu plus de couleurs à ce souvenir marquant de mon périple australien. Lire la suite

Publicités

L’Intention du Photographe, ou comment donner sens à vos images en postprod’

 

Il est facile de trouver des livres et tutoriels sur la pratique de la photographie. On y trouve de tout, depuis les réglages de base pour débutants jusqu’à la maitrise de flashs déportés en passant par l’éthique du photographe de rue.

Néanmoins il y a un aspect qui m’intéresse mais qui reste bien souvent négligé : comment obtenir un rendu bien léché sur une photographie. Bien entendu il existe quelques tutoriels sur le HDR ou le croisement croisé mais il est encore rare de trouver des guides sur la retouche de portraits ou de paysages : comment y relever le sens et rendre la photographie vibrante.

Et puis je suis tombé sur L’intention du Photographe – Comment donner un sens à vos images en postproduction par David Duchemin.

IMG_2443
L’Intention du Photographe, un livre à consommer au goûter

Ce livre est découpé en 7 chapitres donc voici la Table des matière :

  1. La vision avant tout
  2. Vision et traitement
  3. Vision et style
  4. Expression de votre vision
  5. Apprentissage d’un langage photographique
  6. Le sens de l’expression
  7. 20 vision, 20 expressions

M. Duchemin commence par nous parler de sa vision d’artiste, de sa sensibilité de poète plutôt que de technicien et tout ce côté émotionnel qu’il donne dans ses images. Il pousse limite dans le mélo et on l’entendrait presque confesser qu’il pleure en retouchant ses portraits. Outre cette sensibilité à fleur de peau, son propos nous aiguille aussi à développer son style, à réfléchir au sens qu’on voudrait transmettre à ses images puis fait la relation avec les curseurs de développement de Lightroom qui nous permettront de posttraiter ses images avec soin et sensibilité.

Les chapitres les plus intéressants sont les deux derniers où l’on apprend à véhiculer une émotion en soulignant les élément essentiels ou relevant des détails qui toucheraient au subconscient.
A ce propos, le dernier chapitre montre le fil de développement suivi par Duchemin en partant d’un fichier RAW brut pour le développer jusqu’à lui donner son sens :

On commence par corriger l’exposition, fixer les blancs et les noirs, retoucher le contraste via la courbe ou les couleurs avec le panneau TSI puis on soigne le détail avec des filtres gradués ou l’utilisation du pinceau pour des retouches locales.
J’ai particulièrement aimé cette partie exercice : c’est varié, il y a des portraits, des scènes de vie et des paysages qui sont ainsi développés et les images brutes sont disponible au téléchargement. Exemple :

Voici l’image de ce vieil Indien à Old Dehli, David nous explique comment il a été touché par la sérénité de la scène et qu’il veut retranscrire cette atmosphère vibrante et chaleureuse, mettre en évidence le visage du vieil homme et faire subtilement ressortir la texture de ses pieds.

Fichier Raw original : c’est brut de décoffrage, gris fade moche

Après traduction de ses sensations personnelles dictées par l’intuition qui dépasse la théorie et la technique, nous obtiendrons un portrait vibrant prêt à véhiculer les émotions recelées dans cette image.

Utilisation du pinceau de retouche locale pour souligner ou masquer des détails

L’auteur ne donne évidemment pas de recette de cuisine toute faite, car chaque image est bien entendue différente et doit répondre aux impératifs de son auteur. Non, Duchemin donne des pistes et force plutôt à prendre conscience de son processus de retouche et comment être créatif au moyen des outils à disposition.

Une fois passé le prêchi-prêcha sur la sensibilité du photographe, je dirais que c’est un très bon livre qui dévoile un sujet trop rarement abordé et qui pousse à retoucher ses images avec soin afin de les mettre encore mieux en valeur.